Nous aimons perturber…


Pendant que tout le monde ou presque se prépare pour les élections de la fin de cette année, que nous déconseillons à tous, pouvoir ET opposition, nous, au Projet 2014, recherchons plutôt des hommes et des femmes, des congolais, qui voudraient fédérer leurs ressources pour booster le travail dans le pays, en vue de son enrichissement d'abord.  Pourquoi et comment ?

Certaines personnes, de bonne foi, non averties ou paresseuses d'esprit, ne se posent pas des questions telles que :
1. Dois-je aller voter ?
2. Pourquoi ?
3. Si oui, de quelle manière ?

D'autres personnes, méchantes, aux esprits de domination, esclavagistes, opportunistes, égoïstes meurtriers, travaillent à nous pousser à des élections mal préparées dans le seul but de continuer à nous asservir. Leurs paroles mielleuses et vénéneuses sont des pièges que nous invitons nos compatriotes patriotes, chrétiens, à éviter ; pour préparer un avenir radieux à nous-mêmes et à notre progéniture.

Par la grâce divine, nous aurons les dirigeants que nous méritons !
Pourquoi désobéir ?
Parce que : investir son temps à préparer des élections qui nous diviserons de plus bel, c'est faire preuve d'une méchanceté sans nom ou d'une erreur de jugement qui coûtera cher à notre RDC, comme le 30 juin 1960 et comme à toutes les échéances électorales qui ont suivies, jusqu'à nos jours.
En effet, les congolais épris de paix, de justice, de fraternité, d'esprit de travail, de civisme existent. Ils nous observent dans notre projet électoral ou l'on voit clairement le pouvoir s'acharner à se reconduire, coûte que coûte, nonobstant ses multiples forfaits : impréparations politiques, matérielles, financières, administratives ; formalisme mal pensé et antidémocratique.
Nous apprenons, par exemple, qu'à Kinshasa, certaines personnes passent cinq fois aux bureaux de vote, sans être en mesure de recevoir les cartes d'électeurs que l'État leur a fallacieusement promis.
Parce que : pendant que nous déplorons la mégestion du registre national, la non identification des congolais, dans un contexte d'imposture généralisée, qui pousse plusieurs de nos compatriotes au désespoir, à la rébellion à main armée, le gouvernement pense à produire des cartes d'électeurs là ou nous n'avons pas encore de cartes d'identité et dans un pays ou nous sommes encore en guerre, les uns contre les autres.
Parce que : notre peuple, sans instruction ni liberté politiques suffisantes, se doit encore de se libérer du joug des hommes de Kinshasa, d'abord ; de ceux qui, pour l'instant et pour quelques années encore, colonisent et esclavagisent tout le pays, sous le regard d'une communauté internationale de plus en plus divisée et cruelle ; et, non appelée au secours, par ceux qui, désorganisés, ne peuvent prétendre ni mériter un secours. En effet, tous ou presque, sombre dans la logique de la guerre armée ou au poison... N'étant liés par aucun contrat social valable, les peuples du Congo sont, vuvent, de fait, sans foi ni loi quelconque, opposable à qui que se soit. Nous vivons, en réalité, dans une jungle.
Comment désobéir correctement ?
La pauvreté dans laquelle vivent les congolais est totale : spirituelle, morale et matérielle. Elle ne permet pas d'organiser des élections utiles, qui permettent de placer de bonnes personnes aux bonnes places, en vue d'une bonne gestion de l'État. Cela arrange les hommes au pouvoir qui ont déjà accumulé beaucoup de forfaits et qui veulent garder le pouvoir, pour se protéger de la colère du peuple qui se retrouverait avec des conducteurs responsables, justes, impartiaux.
Le congolais doit donc commencer par trouver comment s'affranchir de Kinshasa pour s'enrichir et être à même de mener à bien son projet de société, à préalablement concevoir et tester. C'est le sens même de l'existence du Projet 2014.
L'identification de nos vrais leaders et la promotion de ceux-ci n'a toujours pas encore commencé. Parce que plusieurs d'entre nous se sont investis dans la lutte armée plutôt que dans la lutte politique. Plusieurs n'ont pas encore compris que nous devons arrêter de festoyer tant que nos frères ploient sous le joug de Kinshasa et meurent sous les armes de celui-ci ! Rappelons-le, rappelons-nous que plusieurs armes des rebelles, sont des butins de guerre ramasser du près d'un pouvoir divisé contre lui-même et qui passera dès que nous nous résolverons de l'arrêter dans sa folie.
Nos limites sont nombreuses pour relever un tel défi. Où trouver gratuitement et ssns limites les ressources nécessaires : l'unité d'esprit, de cœur et d'action ?
Forcer Kinshasa passe par la prise d'un pouvoir, d'une autorité spirituels, moraux et matériels sur lui.
YHVH nous attends depuis. Qui veut se lever et porter hzut le flambeau divin ?

Voilà pourquoi, nous aimons perturber !

Auteur : Graphèle Paluku Atoka Uwekomu

I am involved in the personal and holistic development of each of my fellow citizens; and in the community, national and global development in a democratic, Christian and capitalist way. Je suis impliqué dans le développement personnel et holistique de chacun de mes concitoyens ; et, dans le développement communautaire, national et global dans une vision démocratique, chrétienne et capitaliste. Ik ben betrokken bij de persoonlijke en holistische ontwikkeling van elk van mijn medeburgers; en in de gemeenschap, de nationale en mondiale ontwikkeling in een democratische, christelijke en kapitalistische visie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :