Charles Onana et Tshisekedi ?

Lu pour vous de Charles Onana

————————————

Etienne Tshisekedi vivant serait-il aujourd’hui embarrassé, écœuré ou fier ?

Honte ou fierté avec ce qui vient de se produire dans l’un des pays les plus importants d’Afrique Centrale : celui du très honorable et respectable Patrice Lumumba ? La proclamation des résultats par la cour constitutionnelle de la RDC vient couronner la fraude et le manque total de respect envers les choix du peuple congolais depuis 2006. Ceux qui soutiennent à cor et à cri Félix Tshisekedi sont contents des résultats confirmés par la cour, peu importe qu’ils soient vrais ou faux. Peu importe qu’ils procèdent ou non de la fraude.
Ceux qui soutiennent Martin Fayulu sont, de leur côté, abasourdis et se demandent si un jour le vote des Congolais sera respecté dans ce pays. Ils se demandent surtout de quel type de juristes est composée la cour constitutionnelle de la RDC. Sont-ce des personnalités qui œuvrent pour la démocratie, la paix, le progrès et la dignité de la RDC ou seraient-ce plutôt des individus qui se moquent de tout cela et jouent seulement pour leur carrière personnelle ? Comme on peut le constater, les juristes de la cour constitutionnelle n’ont pas brillé par leur imagination ni par leur originalité à dire le droit. Ils ont suivi bille en tête les réquisitions du procureur et invalidé la requête de Martin Fayulu.
Il est vrai que beaucoup d’analystes doutaient déjà du courage intellectuel et de l’impartialité de cette cour mais certains croyaient encore qu’elle était capable de trouver des ressources en son sein pour surprendre le monde en disant le droit, par exemple, en constatant que les fraudes sont avérées, que le travail de la CENI est ignominieux et que les Congolais méritent, en 2019, mieux qu’un bricolage électoral du type 2006 et 2011.
Eh bien non ! Cette cour a validé le travail pourri des clefs USB de la CENI et considéré les efforts réalisés par la CENCO comme inutiles. En clair, les juristes congolais ont préféré honorer le cadavre malodorant de la CENI qui empeste les élections présidentielles en RDC depuis 2006 plutôt que d’étonner les Congolais et l’Afrique par la rigueur de la science juridique. Pour sortir la RDC d’une humiliation électorale persistante par le haut -même en contestant l’Union Africaine et la communauté internationale- les juristes de cette cour n’ont-ils rien trouvé d’autre que le réquisitoire pré-rédigé du procureur désigné par Joseph Kabila ? Ce bout de papier sorti de la poche pendant les audiences et qui demandait l’invalidation de Martin Fayulu semble avoir été la seule pièce à conviction des juristes de la cour constitutionnelle. Dans un moment aussi exceptionnel, on attendait un peu plus de panache ou un coup de génie des juristes de la cour pas une décision suspecte et prévisible.
Maintenant, après l’opération commando de Joseph Kabila plaçant Félix Tshisekedi à la tête de la RDC comme il fut lui-même placé en 2001, 2006 et 2011, les Congolais sont à nouveaux divisés, peu convaincus que leur vote a été respecté. Ils se sentent une fois de plus trahis et par la CENI et par la cour constitutionnelle, comme en 2006 et en 2011. C’est cette même trahison qu’Etienne Tshisekedi a longtemps dénoncé de son vivant. Lorsqu’il demandait à ses partisans de ne pas voter le référendum sur la nouvelle constitution ou qu’il exigeait que des membres de l’UDPS participent au comité directeur de la CENI, c’est parce qu’il savait que les dés étaient pipés. Certains l’avaient critiqué pour sa « rigidité » mais tout le monde savait qu’il avait raison et le résultat des élections de 2006 a prouvé que ce qu’il disait était fondé. La fraude avait gagné.
En 2011, Etienne Tshisekedi ne s’est pas découragé. Il a participé aux élections présidentielles et a remporté les élections comme Fayulu aujourd’hui. La CENCO avait, en son temps, dénoncé, comme aujourd’hui, le travail médiocre de la CENI. Les Congolais ont remué ciel et terre pour obtenir, comme aujourd’hui, la vérité des urnes. Rien n’a bougé. Dégoûté, Etienne Tshisekedi a refusé de saisir le Conseil constitutionnel tellement il le savait partial et corrompu. La déception fut grande chez les Congolais. On venait d’effacer leur choix à la face du monde. Aujourd’hui, c’est la même chose mais les Congolais qui s’indignaient du vol de la victoire de Tshisekedi en 2011 et qui rejetaient Kabila et son système semblent accepter le vol de la victoire de Fayulu. A quoi sert donc l’histoire ? Il est temps que les Africains réfléchissent à leurs contradictions et à leur attitude en général. En observant ces deux situations : celle de 2011 et de 2019, le même Kabila est à la manœuvre et certains refusent de voir que rien n’a changé. Comment expliquer que Félix Tshisekedi, qui n’a jamais eu ni l’audience ni l’expérience de son père en RDC, gagne très facilement là où son père a échoué avec un immense soutien populaire ?
Pour comprendre le Congo, il faut avoir deux cerveaux dans la même boîte crânienne.
Etienne Tshisekedi, porté par tout un peuple qui voulait et espérait le changement, avait affirmé en 2011 que les résultats donnés par la cour constitutionnelle étaient « une véritable provocation », avant de conclure qu’il se considérait comme « le président élu de la RDC ». C’est aussi ce que pense en 2019 Martin Fayulu lorsqu’il déclare « je me considère désormais comme le seul président légitime de la RDC ».
Au terme de cette petite réflexion, on peut se demander : qui de Martin Fayulu ou de Félix Tshisekedi est le vrai « fils » d’Etienne Tshisekedi ? Martin Fayulu et Etienne Tshisekedi partagent manifestement le même scepticisme sur la fiabilité et la crédibilité de la CENI et de la cour constitutionnelle au sujet des élections présidentielles en RDC. En saisissant la cour, Fayulu a testé jusqu’au bout cette crédibilité et il arrive à la même conclusion qu’Etienne Tshisekedi en 2011 lorsque ce dernier jugeait cette institution indigne de recevoir la confiance des Congolais.
Aujourd’hui, si Etienne Tshisekedi était encore vivant, comment prendrait-il la « victoire de son fils » Félix proclamée par cette cour face à Martin Fayulu ? Aurait-il été gêné, embarrassé, dégoûté ou enthousiaste ? Peut-être un peu tout cela car on aurait donné, en dépit de la vérité des urnes, à son fils ce qu’on lui a refusé à lui, malgré sa victoire incontestable. L’avenir de la RDC n’est pas rassurant car au lieu d’être une fête nationale, ce résultat ressemble plutôt à un deuil national…

Charles ONANA
politologue

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.