Katumbi : quel avenir à quel prix ?

Ce qui est important, c’est en effet le Congo : sa paix, son développement !
Or, l’accord de la Sainte Sylvestre est une trahison de ces deux causes essentielles : la paix, le développement.
Pour faire la paix au Congo, pour développer le pays au bénéfice des congolais, le préalable aujourd’hui est de divorcer d’avec Kabila que nous avons épousé à tort depuis 2001, après avoir adopté Lumumba, Mobutu et Kabila, à notre désavantage !
Ce n’est là qu’un préalable. Il faut ensuite travailler ensemble : ce que nous proposons depuis décembre 1999, sans être suivi. Mon frère Katumbi sait fort bien que ceux qu’il côtoie travaillent depuis belle lurette en solo, pour leurs poches. Il le dit dans son propos. D’où lui vient alors son optimisme hâtif et possiblement démagogique ?
Quant à son catholicisme (50%) qu’il défend et renie à la fois ; devant les protestants (20%), les kimbanguistes (10%) les musulmans (10%) et les autres (10% : bokokistes, animistes, athées, hindouistes, etc.) lui faisant peur ; qu’en sera-t-il du rugissement croissant du régime de Kinshasa ou encore de l’Occident qui veut les élections récusées par le peuple ?
Plus important, à contribuer chacun de sa façon, comment pourrons-nous construire un état digne de ce nom et éviter l’éclatement du pays demain ? Déjà que certains oublient vite l’Ituri, pour ne parler que de leur Kasaï, pour les uns, ou de leur royaume Kongo, pour les autres ?
Quand on se marie sans choisir, qu’est-ce que cela donne comme résultat, depuis Abraham jusque Katumbi, en passant par n’importe quelles autre nation ou personne dont nous interrogeons l’histoire ? Nous pensons pour notre part que la congolité ne soit pas une question accessoire. Même s’il est vrai qu’un état moderne soit d’abord et avant tout un projet de société, plutôt que les cultures tribales dans lesquelles le premier – un état- puise ses forces. Quant aux applaudissements béats des foules, mon frère doit s’en méfier : Mobutu a été vomi non pas par nous qui nous opposions à sa dictature, mais par ceux-là même qu’il l’applaudissaient aux stades, aux aéroports…

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s