Maîtrise et contrôle…

La maîtrise et le contrôle de nos ressources stratégiques est une urgence pour gagner le combat politique que nous livrons contre le régime et le pouvoir fantoches de Kinshasa.

Il est possible d’y arriver très rapidement à la condition de consacrer tout notre temps libre à apprendre, à nous concerter et nous mobiliser, plutôt que de fêter, danser, nous plaindre ou pleurnicher, avoir l’indépendance effective du Congo.  Une culture que nous n’avons pas, mais que personne ne nous interdit d’acquérir, du moins à ceux d’entre nous qui habitons dans l’Occident.  Comment agir, très concrètement ?

Créer de grosses sociétés anonymes, pour maîtriser et contrôler l’économie dans notre pays nous permettra : de nous structurer, de nous enrichir, de nous unir.  Cela laissera aussi peut de place aux étrangers qui tirent profit de notre pays plus que nous-mêmes. Pour cela, chaque congolais doit prendre le temps de s’instruire, se former, s’éduquer.  Cette initiative, où que nous la prenions, créera beaucoup de travail à haute valeur ajoutée : pour nous et pour d’autres peuples qui échangent avec nous.  Qu’est-ce à dire définitivement ?

Concrètement, il s’agit d’abord, pour chaque problème identifié en RDC, de présenter aux congolais un projet complet, rentable.  Le projet doit, impérativement, être conçu avec, à l’esprit et sur terrain, qu’il nous rapporte économiquement, socialement, financièrement, politiquement, culturellement…   Il faut ensuite en faire une publicité conséquente pour mobiliser les ressources nécessaires à sa réalisation : humaines, financières, matérielles, spirituelles, autres.  Il y a pourtant quelques préalables…

Vu le bas niveau général d’instruction, de qualification et d’éducation, chez la plupart de membres de notre gente, le travail est immense en matière d’enseignement.  Il peut pourtant s’organiser avec peut de frais, avec un peu de bonne volonté, un petit sursaut de civisme.  Dans chaque localité, nous pouvons nous structurer et organiser notre propre enseignement pour combler les lacunes de nos membres qui sont souffrent de déficits divers : de connaissance, de qualification, de discipline, au niveau personnel.  Que faire dans les localités du monde entier où nous avons de congolais intéressés par le développement véritable du Congo ?

Pour nous, à Bruxelles, nous avons initié « les rencontres des congolais de Bruxelles » pour amorcer les esprits assoiffés du développement personnel et collectif.  Une rencontre a eu lieu où 2 compatriotes seulement, des 20 invités, ont tenu leurs promesses de venir.  Les 18 autres se sont soit excusés ou sont tout simplement disparus dans la nature…  Nous nous sommes dits que quelque chose clochait dans l’offre : chaque participant devait apporter 20 € pour couvrir les frais de la rencontre.  Nous sommes en train d’améliorer le projet.  C’est ainsi que dans le projet Mines, lancé au sein l’EAE ASBL, nous pensons avoir prévu les incitants nécessaires pour glaner plus de membres.  C’est partout dans le monde que nous recherchons les financiers.  Une fois la première opération réussie avec succès, nos compatriotes seront mis en confiance.  Beaucoup attendent en effet observer à distance.  Le gain financier est confortable dans ce projet.  En revanche, ce projet requiert un bon niveau intellectuel pour être intégré par un membre.  Il faut savoir, professionnellement, trouver des partenaires : vendeurs, acheteurs, financiers, industriels.  Il convient d’apprendre à traiter les dossiers avec célérité et professionnalisme ; être d’une loyauté qui résiste à toute épreuve.  La discrétion et la confidentialité sont ici la règle.  L’adversaire est de taille : la mafia congolaise qui ne voit pas d’un bon regard tout projet qui structurerait à terme les congolais et leur ôterait la naïveté, la paresse, le déshonneur…  Comment passer à l’acte ?

Si vous n’avez aucun projet en vue, décortiquez notre projet Mines ici.  Autrement, utilisez nos formulaires pour avoir la première mouture de votre propre projet rentable.

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s