Nous soulevons-nous ?

Nous soulevons-nous ?  Contre qui ou contre quoi ?  Pourquoi et comment ?

Dans la RDC, nous sommes-nous jamais soulever réellement contre la médiocrité, la trahison, l’esclavagisme, la colonisation, la dictature ou encore contre l’imposture ?  Aujourd’hui, nous soulevons-nous contre l’imposture ?  Sommes-nous prêts à le faire demain ?  Comment le savoir ?  Nous tentons une réponse à chaud à la question partant d’une émission de Radio Bosomi.

En majuscule, l’invitation qui nous est parvenu de notre ami Samba-Olonga, responsable de la Radio Bosomi.


L’EMISSION « MÉMOIRE DE L’HISTOIRE POUR LE CONGO  » DE CE SOIR À 20H00 (HEURE DE LA HOLLANDE, RADIO BOSOMI).

THÈME DE CE SOIR :

UN SOULÈVEMENT POPULAIRE EST-IL POSSIBLE AU CONGO AVEC LE SOUTIEN DE LA DIASPORA CONGOLAISE ?

Bien sûr qu’un soulèvement populaire soit possible avec ou sans le soutien de la diaspora.  Quoiqu’il faille reconnaître que la diaspora donne non seulement du punch, mais aussi les moyens.

Il est clair que depuis mars 2017, la diaspora soit passé à la grande vitesse.  Des embryons de laboratoires stratégiques sont en train de naître.  Nous pourrions citer le Projet 2014 qui as déjà produit beaucoup d’idées et qui a déjà proposé beaucoup de pistes de solutions à la crise congolaise.  C’est pareil avec l’APARECO, la Troisième Force et quelques membres de partis en exil, tel, le président de l’UNIC, de CNB, qui eux, contrairement au rapport au Projet 2014, ont des bases substantielles, des audiences plus étendues sur terrain et dans la diaspora déjà.

Les congolais ne doivent pas encore jubiler.  Le chemin à parcourir est long.  20 à 30 ans serons nécessaires avant que nous commencions à voir le bout du tunnel qui est vraiment loin encore de nous.  Néanmoins, la machine qui s’est mise en marche dans la diaspora ne saurait être arrêter.  Les congolais du bout du monde ont compris qu’ils ne vont pas éternellement envoyer de l’argent pour les soins médicaux importants, les enterrements ou même pour l’argent que l’on détourne pour les anniversaires, les mariages, alors que le pays soit encore à libérer des griffes de l’imposture.

Les conseils produits au pays et dans la diaspora vont se multiplier à un rythme soutenu.  Le pouvoir ne saura pas tenir le coup : il rêve !  Les congolais ont été domptables, ils continueront à l’être pour un délai nettement plus réduit que celui que nous prévoyons avant mars 2017.  En effet, la communication entre les congolais devient plus fluide avec WhatsApp, les sms, la vidéophonie, la messagerie électronique.  L’ONU, l’UE et l’Asie de l’Est ne peuvent plus tromper les congolais comme avant.  Une pédagogie politique, authentiquement congolaise, encore embryonnaire va se parfaire avec le temps.  Beaucoup d’universitaires congolais ont résolu de prendre leur place d’éclaireurs.  C’est une évolution que seuls les étudiants congolais du supérieur et de l’universitaire ont tenté de mettre en œuvre seule.  Désormais, ils peuvent compter sur toute l’intelligentsia de l’intérieur et de la diaspora.  D’ici juin déjà, nous pensons qu’il sera possible de mesurer la tendance, la direction que prend la lutte des congolais contre l’imposture qui prévaut en RDC.

Plus utilement disons ceci : le Président Joseph Kabila est aujourd’hui à une croisée de chemin :

  1. Fuir le pays. Cela ne rapportera rien, parce que tôt ou tard, (1) les congolais finiront pas les réclamer à la CPI, correctement, puissamment et obtiendront gain de cause et (2) ses meilleurs amis seront les premiers le trahir pour ne pas perdre le Congo.  En effet, (1) très bientôt, les plaintes des congolais vont s’affiner, suite à l’intervention des cerveaux congolais qui s’impliquent de plus en plus ; et ce, résolument.  Par ailleurs, (2) ce n’est pas pour JKK que la fameuse communauté nationale acceptera d’hypothéquer l’avenir des équilibres de la planète.  Ils vont impérativement lâcher Kabila bientôt.
  2. Se rendre à un bureau de police pour réclamer des menottes et la prison, pour éviter le lynchage que lui réserverons les combattants et résistants, s’ils devaient forcer à user de la force pour prendre eux aussi le pouvoir par un autre coup d’État. Quand la trompette sonnera : bien entendu !
  • AVEZ-VOUS D’AUTRES PROPOSITIONS À FORMULER QUI PEUVENT CONDUIRE À LA LIBERATION DE NOTRE PAYS ?

Nous avons plusieurs propositions sur la table et accessible sur ce site, depuis décembre 1999 ; pour tenir le taureau par ses cornes en vue de le renverser.

  1. L’éradication du chômage. Il faut aider nos chômeurs à rechercher l’emploi activement, à en créer.  Le pouvoir fantoche tentera de s’y opposer.  Par des procédures judiciaires bien étudiées, nous indiquerons au peuple comment, même la cour constitutionnelle finira par ne plus avoir qu’un seul choix : lâcher le pouvoir.
  2. La prise en charge de l’armée et de la police par les patriotes congolais. Ici aussi, nous indiquerons comment dans le processus que nous avons conçu, le pouvoir ne saura pas bloquer les comptes de ces alliés à rapidement conquérir.
  3. La conquête des médias. En effet, pour atteindre efficacement notre base, afin de nous hisser tous ensemble, il nous faut nous instruire, nous former, nous éduquer.  La communication doit donc être partager avec le pouvoir et non pas être cédée au pouvoir !

ARTICLE 64 STIPULE QUE ″TOUT CONGOLAIS A LE DEVOIR DE FAIRE ECHEC A TOUT INDIVIDU OU GROUPE D’INDIVIDUS QUI PREND LE POUVOIR PAR LA FORCE OU QUI L’EXERCE EN VIOLATION DES DISPOSITIONS DE LA PRESENTE CONSTITUTION. TOUTE TENTATIVE DE RENVERSEMENT DU REGIME CONSTITUTIONNEL CONSTITUE UNE INFRACTION IMPRESCRIPTIBLE CONTRE LA NATION ET L’ETAT. ELLE EST PUNIE CONFORMEMENT A LA LOI″

Personnellement, nous ne sommes pas souscripteurs d’une constitution de bandits politiques.  Avec ou sans l’article 64 de la constitution, tout congolais qui aime son pays sais qu’il doit se battre avec bec et ongle pour défendre sa terre, sa nation, son peuple, sa patrie, son pays…

Et si JKK enlevait l’article 64 de sa constitution ?  Sur quoi vous appuierez-vous ?  Pour nous, la présence même de l’article 64 dans notre constitution est une manière de nous prendre pour des bambins.  Comme si on devait nous apprendre de Liège, où aurait été rédigée cette constitution, que notre devoir est de nous défendre par tous les moyens en notre disposition, dès lors qu’un individu ou un groupe d’individu tente de violer de force de nos droits.  Or, ces bandits politiques, nous les avons depuis Lumumba !  De force, le MNC voulu faire de tous les congolais des socialistes.  De force, Mobutu voulu faire de tous les congolais de ngbandi.  De force, Kabila et Kabange voudraient faire de nous des esclaves.

C’est à nous de bien comprendre tout cela et de nous lever contre tous ces bandits politiques que nous ne découvrons qu’avec retard, ne voulant pas prendre la peine d’écouter nos nombreux patriotes qui sonnent pourtant à temps, la sonnette d’alarme !

  • LE PEUPLE A-T-IL LA POSSIBILITE DE LIBERER LE PAYS L’APPLICATION DE L’ARTICLE 64 CI-DESSUS ?

Cette question n’a pas de sens.  80 millions de congolais que nous serions, sommes-nous en mesure d’arrête net, Joseph Kabila Kabange et sa bande ?  Bien sûr que oui !

La vraie question est : « Sommes-nous décider à l’arrêter ? ».  La réponse est non.  Autrement, pourquoi serions-nous partis à Sun City, à la Cité de l’OUA à la Centre Diocésain de Kinshasa ?  Pourquoi nous disposons-nous à répondre à la convocation de l’ONU et de l’UE qui participent à notre extermination ?

Radio Bosomi doit prendre le courage de poser cette bonne question aux congolais et laisser les débateurs nous expliquer pourquoi le peuple congolais effectue les choix qui sont siens depuis 1959.

En espérant ainsi avoir contribuer.

(Sé. Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu)

POUR PARTICIPER EN DIRECT, VOUS POUVEZ APPELER VIA.

LE SKYPE DE LA RADIOBOSOMI OU PAR TELEPHONE : 0031208932734.

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s