Des ASBL capitalistes…

Des ASBL capitalistes…

Plusieurs associations de nos concitoyens (Afrique et Union Européenne compris), à but non lucratif, sont expressément ou par habitude politiquement positionnées à gauche.  Les ASBL capitalistes nous font cruellement défaut !

Quand elles parlent ou participent à l’économie, à la politique, de leurs terroirs ou pays respectifs, c’est généralement dans le cadre, dans l’optique du social.  Sauf dans l’Union Européenne, les budgets annuels restent très modestes chez la majorité écrasante.  La participation au développement est donc limitée, artificiellement, par le fait d’une conception socialiste d’associations à but non lucratif.

Dans le projet de société que nous proposons à la République Démocratique du Congo – un projet, rappelons-le, chrétien, libéral et démocratique, les ASBL, forcément, sont conviées au libéralisme.  Pourquoi et comment ?

Poursuivre un but non lucratif n’est pas en effet pas de consacrer l’improductivité, mais prôner un rendement public élevé.  La productivité, la rentabilité, la responsabilité et autres, sont des valeurs à cultiver à tout prix.  Pour y arriver, quelques principes doivent guider les démarches des acteurs.

Une ASBL doit avoir un projet global rentable pour la collectivité, pour la nation.  Sinon, à quoi sert-elle ?  Construire une ASBL sur le concept des subsides, c’est, fondamentalement, participer à la démagogie.  L’ASBL doit nourrir la localité, l’État, et non pas vivre au-dépends de ces derniers.

Réfléchir de la sorte est donc un divorce à réaliser, premièrement d’avec tout ce qui est socialiste, pour embrasser une philosophie abandonnée par les sociétés occidentales, à leur perte : le capitalisme.

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.