Oicha

La localité d’Oicha et ses environs, dans le territoire de Beni, sontt en proie à une insécurité la plus totale, dans le désormais célèbre Est de la République Démocratique du Congo.  Plusieurs personnes y ont abandonné ou perdu leurs champs, leurs habitations pour aller se réfugier ailleurs : dans l’Ituri ; ou encore plus au Sud : Beni, Butembo, Goma, etc.  La désolation règne en maître sur tout le tronçon Oicha-Eringeti.

Ici, tout les habitants des lieux, mal informés, méfiants les uns des autres, mais en même temps dans le dénie total de leur irresponsabilité les autochtones et allochtones, mbute, mbuba, bila, nande et autres, croient aux mythiques ADF et NALU ; mais ne pensent pas à leurs enfants impliqués dans les rébellions à répétition depuis 1964 jusque aujourd’hui.  Pourtant, plusieurs enlèvements de nos citoyens et d’étrangers opérés à Oicha et dans ces envions, sont parfois les faits des autochtones engagés dans la rébellion contre les régimes qui se succèdent à Kinshasa et dont les identités sont bien connues.  D’autres enlèvements et tueries sont les faits des ennemis de la République qui s’allient aux traîtres locaux, assoiffés de l’argent, du sexe, des drogues et de l’argent facilement gagné, et seraient logistiquement soutenus par la MONUSCO, à certains moments ; MONUSCO, dont des éléments y pratiqueraient le commerce des armes, de minerais et de la chair humaine.

Personne ne prend vraiment le temps de réunir autour d’une table pour sérieusement aborder la question de la libération d’Oicha de la chaîne qui la lie dans l’idolâtrie et la paresse.  Les gens ne se disement pas la vérité : cela peut vite coûter la vie à ceux qui voudraient être libre.  L’hypocrisie règne en maître, y compris dans les églises, dont notamment celles de l’église catholique romaine et celles la CECA 20 en proie à une déliquescence spirituelle poussée.

La population, essentiellement commerçante et cultivatrice, est réduite à sa plus simple expression.  L’élite a quasiment quitté Oicha à un certains moments.  Certains sont déjà dans d’autres continents ; d’autres sont à Kinshasa, les plus courageux sont sur l’axe Goma-Bunia.  Perturbés et perpeplexes, ces intellos d’Oicha ne savent pas par où commencer.  Chacun essaie de tirer son plan avec sa petite famille.

La santé et l’enseignement sont mis en mal.  L’ISTM, délocalisé pendant un temps se remet doucement, mais on ne sait pas pour combien de temps il tiendra.  Nombre de ses fondateurs et sponsors sont en Belgique ou ailleurs dans le pays.  D’autres sont morts tout simplement…  L’hôpital a perdu de son éclat depuis la naissance de celui de Nyankunde qui le remplaça avec succès, tant que les américains, les initiateurs du projet, étaient là, à pied d’oeuvre.  De l’African Inland Mission à un groupe de plusieurs communautés protestantes qui gèrent cette maison, de nombreux défis à relevés sont nés…  Tant bien que mal, ce vestige de la colonisation continue son bonhomme de chemin.

Dans la suite, nous reportons un échange avec quelques autochtones qui permettent d’avoir une idée des motivations, des engagements locaux.

[09:41, 2/4/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: Merci beaucoup. Presentez-vous et inscrvez-vous ici, après avoir lu et adhéré totalement à nos statuts. https://eaeasbl.com/inscription.
[09:43, 2/4/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: Le lien qui mène aux statuts est sur la page d’inscription.☝🏿
[10:06, 2/4/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: ASBL ÉCHANGES AFRIQUE-EUROPE – EAE ASBL

Objectifs

  1. DÉVELOPPEMENT LOCAL
  2. DÉVELOPPEMENT DES ÉCHANGES ENTRE L’AFRIQUE ET L’UNION EUROPÉENNE

Inscription : information à fournir
Oui, je désire m’inscrire comme membre de l’EAE ASBL.
Je m’engage à participer activement (1) au développement de ma localité ou (2) au développement des échanges de tous ordres entre l’Afrique et l’Union Européenne, conformément aux statuts de l’EAE ASBL.
Pour être membre effectif, je verse 10 € (Union Européenne) ou 10 $ (Afrique) auprès du trésorier ou sur le compte de ma succursale dans le mois qui suit mon inscription.  Sinon, je reste membre adhérent.

Il faut avoir accès au Net pour être membre effectif. Connaître ou s’engager à apprendre l’informatique nuagique. En effet…
[11:51, 2/4/2019] Moïse Kyavumba: Je suis très content pour cette initiative. Je suis entré d’initier un projet intitulé :Panier de semence améliorée PSA.qui vise l’amélioration de la production agricole d’ici 2020.
[12:01, 2/4/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: 👍🏿👌🏿
Dis plutôt la multiplication par deux au moins, à l’horizon 2020, de la productivité des paysans grâce aux semences sélectionnées par voies naturelles du maïs, du haricot, des bananes, de la patate douce, du choux et du poireau ; pour être concret et pas vague !
[12:03, 2/4/2019] Moïse Kyavumba: OK! Merci pour la précision
[12:12, 2/4/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: C’est un avis, une suggestion !
[13:25, 2/4/2019] John Baptist Kavunga Mbusa: https://chat.whatsapp.com/FwNZ8rPj4i77k4vQxb7Xun (intègre le groupes).
[14:16, 2/4/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: Merci de vous présenter complètement. Oicha est nôtre terroir, si vous avez peur de vous présenter, à quoi bon d’être ici ?
Qui veut être répondant local provisoire et constituer le comité de gestion ? Il nous faut au moins 3 administrateurs : le principal étant le répondant local. Une personne gère les documents et un autre toutes les autres ressources.
Le temps nous presse, mes frères !
Butembo et Kyondo sont déjà assez loin. Le but n’est pas de les rattraper, mais d’arrêter l’insécurité et la pauvreté dans tout les sens de ces termes.
[17:59, 2/14/2019] John Baptist Kavunga Mbusa: Ituri : les FARDC accusées d’imposer les taxes sur les engins explosifs dans les mines d’or.

La société civile de PK 51 sur la route Nia Nia-Isiro en territoire de Mambasa accuse les militaires des FARDC d’avoir institué une nouvelle taxe sur l’usage des engins explosifs dans les carrières minières. Chaque propriétaire de puits d’or est obligé de payer 150 dollars, indique-t-elle ce jeudi 14. La société civile de PK 51 dénonce ces « tracasseries militaires pour rançonner les exploitants miniers ».

Elle rapporte que cette taxe est perçue par un groupe de militaires en provenance de Bunia et déployés depuis environ trois semaines dans cette zone minière.

La perception de la taxe se fait dans six foyers miniers : Libreville, Canon, Mbuji-Mayi, Mopa, Mabele Mo…
[18:11, 2/14/2019] Guillaume Kambalo Kasokosi: Voilà les caractéristiques de nos groupes !! Les titres des groupes et les objectifs diffèrent mais ils ont les mêmes publications.
[20:14, 2/14/2019] John Baptist Kavunga Mbusa: URGENT!
20:00(14/2/2019)

Panique total à oïcha/Chef lieu du Territoire de Beni au Nord-Kivu, la population quitte l’Est pour l’ouest gregnant un mouvement suspect vers Moba,Tenambo et Mambanike.
La route nationale numéro 4 est pleine d’enfants , parents transportant des habits partant au rond-point d’oïcha, endroit considéré sécuriser.

Source policier.
[21:59, 2/14/2019] John Baptist Kavunga Mbusa: Selon le fonctionnaire délégué adjoint d’oicha,il s’est agi des ADF qui voulaient traverser la route de l’ouest vers l’Est au niveau de Matombo.Les FARDC très vigilantes ont ouvert le feu sur eux. Ils sont en débandade dans la brousse.Aucun bilan n’est disponible.
[11:14, 2/15/2019] John Baptist Kavunga Mbusa: Ne pleurons plus demain sur tout ce qui adviendra de malheureux à notre pays. Nous y avons contribué tous, activement ou passivement : (Agence Ecofin) – En 2017, le Rwanda annonçait pour 2020, le lancement dans l’espace de son tout premier satellite de télécommunications.

Mais c’est finalement cette année que l’équipement télécoms sera propulsé en orbite depuis la station spatiale internationale.

La révélation a été faite par Takayuki Miyashita (photo), l’ambassadeur du Japon au Rwanda.

Il a ajouté que le satellite, fruit de la collaboration entre le Rwanda, l’agence de coopération internationale du Japon (JICA) et l’Agence spatiale japonaise (JAXA), devrait flotter au-dessus de la planète avant le prochain sommet sur la Transformation de l’Afrique 201…
[11:24, 2/15/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: Ne pleurons plus demain sur tout ce qui adviendra de malheureux à notre pays. Nous y avons contribué tous, activement ou passivement : (Agence Ecofin) – En 2017, le Rwanda annonçait pour 2020, le lancement dans l’espace de son tout premier satellite de télécommunications.

Mais c’est finalement cette année que l’équipement télécoms sera propulsé en orbite depuis la station spatiale internationale.

La révélation a été faite par Takayuki Miyashita (photo), l’ambassadeur du Japon au Rwanda.

Il a ajouté que le satellite, fruit de la collaboration entre le Rwanda, l’agence de coopération internationale du Japon (JICA) et l’Agence spatiale japonaise (JAXA), devrait flotter au-dessus de la planète avant le prochain sommet sur la Transformation de l’Afrique 201…
[17:23, 2/17/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: Pour financer les formations de nos partenaires de l’EAE ASBL en Afrique, suivez nos formations en Word, Excel, Access, PowerPoint, Outlook et Windows au prix de 30 €/h, par groupe de 10 personnes maximum, sur Skype, entre 18h00 et 19h30, tous les jours impaires : lundi, mercredi, vendredi et dimanche. Les inscriptions se prennent sur Skype sur le compte « uwekomu » : laisser ses prénom, nom, post-nom, adresse email et numéro de téléphone. Les payements sont anticipatifs, la périodicité est au choix. Pour vos virements : Belfius Banque – Rue Grétry 67 – 4020 Liège – Royaume de Belgique – IBAN : BE24 7795 9821 8838 – BIC/SWIFT : GKCCBEBB – ASSOCIATION DES AMIS DE L’AUMONERIE UNIVERSITAIRE PROTESTANTE DU CONGO – AUPC ASBL – Communication : Formation de l’EAE *…
[18:48, 2/17/2019] Guillaume Kambalo Kasokosi: Bonjour Mr l’Ir Graphael, je vous remercie pour cette opportunité que vous offrez à vos frères africains. Je voudrais avoir la précision sur le prix ( contribution) à donner ou payer. Est il 20$/ h par groupe ou par individu ??
[19:35, 2/17/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: Tu n’as pas compris de quoi il est question dans cette communication qui est pour votre information. C’est une façon pour nous de lever des fonds pour former nos répondants locaux d’Afrique que nous constatons avoir beaucoup de lacunes en management. Une manière aussi de vous obliger à vous investir dans l’acquisition d’une infrastructure Internet à haut-débit pour le travail dans notre bureau virtuel
*Toutes les formations de l’EAE ASBL sont gratuites pour tous ses membres effectifs : en ordre de cotisation, pour autant qu’il y ait de la place dans la salle (physique ou virtuelle). Les formations en salle virtuelle demande à ce que vous ayiez une connexion Internet haut-débit, stable, permanente : ce qui est un défi en RDC.

Quant à ta question, elle trouv…
[22:55, 2/17/2019] John Baptist Kavunga Mbusa: MESSAGE OUVERT À SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO,FÉLIX TSHILOMBO

Excellence,nous te sommes infiniment respectueux en votre qualité et titre,

Nous saluons votre tournée urgente quoi que hâtive et précipitée alors que la mise en place de dispositif s gouvernementaux seraient d’abord la priorité quant à la situation actuelle du pays où le Directeur de votre cabinet veut embrigader tout le pays

Votre tournée et selon toutes les analyses de bonne foi semble manquer un message clair jusqu’à parler du retour des réfugiés
Nous nous demandons de quelle catégorie de réfugiés vous faites allusion:
Sont – ils des exilés politiques comme Le Katumbi et autres ???
Sont-ils ces milliers de congolais dispersés à travers le mon…
[23:05, 2/17/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: Ce n’est pas de cette façon-là que l’on écrit à son président, fut-il un imposteur !
Ceci explique cela.
Inscrivons-nous à l’école du parti Kongo Ya Sika (Academie KYS).
[23:07, 2/17/2019] John Baptist Kavunga Mbusa: Le congolais son matata
[23:12, 2/17/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: Voyons : EAE ASBL peut organiser toutes les activités qui touchent au développement local ou au développement des échanges entre l’Afrique et l’Union Européenne.
La livraison ci-dessus (👆🏿), de John Baptist Kavunga Mbusa, nous l’intégrérions dans lequel de nos projets en cours ?
Si c’est dans le cadre d’un nouveau projet, l’initiateur du projet, en l’occurrence JBKM doit commencer par remplir les 3 formulaires suivants (👇🏿) pour le dit projet afin de nous éviter d’être dispersifs.
[23:19, 2/17/2019] John Baptist Kavunga Mbusa: Wow ! Quel sorte du surprise ! Merci bcp pour l’équipe de l’EAE/ASBL. Je vous promet lire et remplir les 3 formulaire.
[23:40, 2/17/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: Mais c’est rien ça ! Nous avons déjà 123 Go de données dans notre bureau virtuel. Vous les jeunes de Beni et de Lubero, vous ne voulez pas exploiter !
Je suis en train de plancher sur un programme de développement intégral pour les territoires de Lubero et de Beni. Un mégaprojet qui demande de mettre en place rapidement une base de connaissances la plus complète possible sur notre terroir. Probablement que Mahagi aussi voudra sauter sur l’opportunité. Ce projet, nous le caressons avec Valentin Kambale depuis quelques années déjà. Mais la mise en route demande que je secoue d’abord des gens. Tous les jeunes mettront-ils la main à la patte ? Pendant une ou deux années, il faudra bosser très sérieusement, soigneusement. Ensuite, nous toucherons les div…
[23:49, 2/17/2019] John Baptist Kavunga Mbusa: Je vous met à contacté avec une ONG « GREEN HOUSE » de Oicha,dirigé par Un Tdr et il a fait ses études à Lio. nous allons collaboré ensemble.
[00:33, 2/18/2019] John Baptist Kavunga Mbusa: Il sont dans le domaine de l’agriculture, élevage et…
[00:34, 2/18/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: https://1drv.ms/x/s!Avl4IQPAyzlGku8jyYJ75dnxWIWEBQ – Une ébauche encore sous chantier d’une base de connaissances sur le territoire de Lubero, sous Excel. Définitivement, c’est sous Access et Oracle que nous aurons la puissance de gestion appropriée.
[00:35, 2/18/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: Y a-t-il à Oicha des personnes qui voudraient travailler en parallèle sur ce type de projet, pour le territoire de Beni ? Ce serait une bonne chose.
[00:42, 2/18/2019] John Baptist Kavunga Mbusa: Plusieurs,association des handicap,Femme Engagé et…
[00:50, 2/18/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: Pourrions-nous avoir une liste sous forme d’un fichier pour proposer notre collaboration ?
[04:12, 2/18/2019] John Baptist Kavunga Mbusa: Je veux le demande
[04:21, 2/18/2019] John Baptist Kavunga Mbusa: Aminata allias la masseuse de cœur chante la souffrance quotidienne sans fin de la population de Beni.
Elle pleure et appelle à l’aide aux personnes encore conscientes d’agir pour consoler les cœurs meurtries .

Vidéo dans les prochains jours.
[12:33, 9/12/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: Les choses ne bougent pas à Oicha.
Rien d’étonnant que la sécurité non plus ne soit gagnée !
Découragé – sans doute, John nous a quitté. À moins que ce ne soit pour une autre raison…
Moïse, qui semblait être motivé est des plus muets. Pourquoi est-ce ?
[12:58, 9/12/2019] Guillaume Kambalo Kasokosi: Cette zone, je la maîtrise bien. Avec la situation sécuritaire actuellement à Oicha il est presque difficile d’y travailler bien qu’il y a encore une vie. J’avais initié un grand projet dans ce coin mais il m’est actuellement difficile d’y aller.
[12:59, 9/12/2019] Guillaume Kambalo Kasokosi: Et tous les enfants orphelins que j’encadrais là bas sont éparpillés.
[13:39, 9/12/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: Puisqu’il nous revient de trouver des solutions que nous propose-tu de faire ?
Connais-tu la méthode de l’arbre à problèmes pour gérer des situations complexes comme celle-là ? Si oui, l’applique-tu dans la recherche d’une solution ROBUSTE et APPROPRIÉE ? Sinon, pourrions-nous travailler ensemble sur la question en utilisant cette méthode pendant 3 mois et voir si nous n’avons pas « LA SOLUTION » tant recherchée depuis toujours, mais sans succès ?
Moi, je crois voir que les habitants d’Oicha manque un leadership éclairé et déterminé à au de :
– une diversité culturelle qui n’est pas pas correctement gérée : les autochtones, les bila, mbute et mbuba ne sont pas vraiment structurés et engagés activement dans le processus de développement autant que les allocht…
[13:52, 9/12/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: C’est la récolte qui continue ? Elle n’est pas encore clôturée depuis ? Et toutes les feuilles sont-elles consommées ? C’est un bel aliment, une source de minéraux que les agronomes et médecins devraient vulgarisée…
[13:52, 9/12/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: C’est un peu tard, mais voyons… Je crains que beaucoup de données vous échappent avec le temps passé… Mais, il vaut mieux cela que rien…
Tu devrais tout poster dans le groupe EAE ASBL !
[13:52, 9/12/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: Ici, c’est uniquement un lieu où tu devrais laisser ce qui est privé, personnel !
[13:52, 9/12/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: Nous sommes entrain de rédiger les rapports de ces activités du débit jusqu’à ce moment.
[13:52, 9/12/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: C’est exacte papa professeur. Je vais le faire qu’on aura fini les rapports.
[16:00, 9/12/2019] Guillaume Kambalo Kasokosi: A Oicha c’est question de l’insécurité causée par les Adf Nalu. Il n’y a pas que de théories et beaucoup de Français. Nous sommes à Beni et difficile d’arriver à Oicha par ce que la route est trop risquée.
[16:00, 9/12/2019] Guillaume Kambalo Kasokosi: Je penses que les méthodes doivent être participatives vous même sur terrain.
[16:40, 9/12/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: Bien, Guillaume !
Tu ne crois pas à une approche méthodique, professionnelle, savante, stratégique de l’insécurité dans la région. Oicha échouera comme les autres et sera confus si la majorité de sa population continue à suivre ce qui est pour nous une médiocrité à ne pas cautionner : le refus de la théorie et du français qui te dérangerait…
Tu ne devrais donc pas m’appeler à une participation à ce que tu prône.
Le Projet 2014, que tu connais, c’est le divorce d’avec tel type de mentalité. C’est l’investissement dans une culture de professionnalisme, de discipline, de fierté culturelle.
Nous ne sommes pas des assistants humanitaires comme la MONUSCO et les autres organismes comparables.
Voyons ce que pensent les autres…
[22:14, 9/12/2019] Guillaume Kambalo Kasokosi: Uhm! Nous devons être pratique que théorique. Moi suis sur terrain et je fais ce qui est capable d’être fait sans aucune aide extérieure que nous ne rejetons pas. Dire que Oicha échouera c’est se tromper. Je connais plusieurs organismes qui ont commencé à Oicha et qui ont évolué. Quelqu’un qui est trop loin d’oicha ne peut pas connaître le grand problème de cette zone qui est une guerre purement politique. Alors avec des théories encore étant éloigné sans n’aboutira à rien. Je penses cher ami Paluku ce n’est pas aujourd’hui qu’on se connait moi et toi. Tu es capable de certaines choses et mais pas expert en combat car tu n’es pas militaire. Le projet 2014 est le bienvenu dans nos projets de développement. Alors soit apaiser on attend qu’on ait la paix on fer…
[00:49, 9/13/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: Moi, j’agis pour le bénéfice d’Oicha en étant à 8.000 km à vol d’oiseau, sur une base théorique très précise, reprise dans le portail du Projet 2014 et dans celui du projet EAE ASBL. Consulte l’EAE ASBL et l’ANK ASBL pour en savoir plus…
J’affirme haut et fort que ton approche n’aboutira qu’à une impasse si Oicha l’adopte. Le français n’étant pas notre langue, tu n’as pas compris ce que j’ai écrit, mais que tu as le loisir de relire…
N’inclue pas tout Oicha dans ton projet personnel.
Je me rejouis de ne pas être un expert militaire : je ne participe pas à la destruction. Je n’ai pas vu un seul militaire construire en RDC si ce n’est que supprimer, arbritrairement, la vie à plusieurs congolais et à des étrangers qui séjournent dans notre pays. Les pay…
[08:00, 9/13/2019] Guillaume Kambalo Kasokosi: Ok, je penses que nous ne sommes pas seulement à deux dans ce groupe je vous donne du temps aux autres aussi de réagir surtout ceux qui sont entrain d’exécuter un projet avec vous. Moi je vous inviterais prochainement pour apporter votre soutien dans un projet que nous allons commencer à bientôt car nous sommes entrain de clôturer un autre.
[08:03, 9/13/2019] Guillaume Kambalo Kasokosi: Nous devons amener les congolais à éviter le trop parler sans rien faire.