Djugu

Le territoire de Djugu, dans la province de l’Ituri, en RDC, rentre dans les annales de l’EAE ASBL. En effet, sous l’impulsion de l’IDIC ASBL du territoire de Mahagi, dans la même province, nous, EAE ASBL, avons été sollicités pour participer à un projet synergique de développement d’industries agroalimentaires dans les territoires de Djugu et de Mahagi. Ces territoires ont en effet, tous les deux, des vocations agricoles, minières, piscicoles et touristiques. Chemin faisant, nous avons été rejoints par SOBDC ONGD-ASBL de Mahagi. Cette dernière structure a mis à la disposition de la synergie une somme importante d’informations nécessaires à l’élaboration des projets spécifiques.

Nous avons analysé le contexte dans lequel le projet agroalimentaire devra prendre place. Cette analyse nous a amené à conclure qu’il faut lancer un programme de développement endogène et visionnaire pour Djugu et Mahagi. Se contenter du seul projet agroalimentaire ne sera pas possible.

Sans l’électricité ni l’eau potable, aux portes des ménages et des entreprises de Djugu et Mahagi, il ne sera pas possible de lancer la moindre usine agroalimentaire. D’où l’idée d’inscrire un projet Électricité et un projet Eau dans notre programme. Ces projets visent que chaque ménage et chaque entreprise aient l’eau potable et l’électricité dont ils ont besoin à leurs portes.

Pour être compétitifs, Djugu et Mahagi devront impérativement instruire, former et éduquer sa population pour la préparer à gérer le choc développemental provoqué par le programme. Ce qui nous a conduit à nous inscrire un projet Enseignement dans notre programme. Le premier objectif est ici d’élever le niveau d’instruction, de formation et d’éducation de tout habitant à au moins 15 ans d’études : 6 ans d’études primaires, 6 ans d’études secondaires et 3 ans d’études supérieures. Nous voudrions en même temps arrêter la fuite de cerveaux dans Djugu et Mahagi en y créant des conditions de vie enviables pour tous les habitants. Un projet Habitat est adjoint au programme qui veut que chaque ménage participant au programme vive, dans un futur proche, dans une villa ultramoderne : fonctionnelle, salubre, spacieuse offrant au moins 25 m² par habitant.

Le traitement de l’information générée par les nouvelles affaires dans Djugu et Mahagi requiert la maîtrise de nouvelles technologies (de pointe) de l’électronique, de l’informatique et des communications, dans le cadre du projet CNTIC (Centre de Nouvelles Technologies de l’Information et des Communications). Ce projet vise la création d’industries locales pour le traitement de l’information et des communications.

La production dans Djugu et Mahagi devrait facilement être multipliée par 20 voire-même par 50 dans les 52 prochaines décennies, à l’horizon 2070. Il faut donc travailler le transport, le stockage, le conditionnement, la transformation des produits bruts ; maîtriser la commercialisation des produits finis et la gestion de leur consommation locale et sur le marché extérieur. C’est ici qu’interviennent le projet Transports, le projet Coopératives, le projet Enseignement, le projet Agroalimentaire lui-même finalement, etc.