Libérés !

Nous avons accepté, soubi ou toléré 3 tripatouillages des Kabila, 4 de Mobutu.
Dressons le bilan ; ajustons ou redéfinissons nos objectifs ; avançons.
Qui fait quoi et comment ?
Si 2.500.000 s’inscrivent ici même, projet2014.com/inscrption, je poserai ma candidature pour un mandat « présidentielle » unique, de démonstration de la bonne gouvernance ; après quoi, je laisserai aux congolais du pays de poursuivre l’œuvre de libération de nos peuples de l’esclavage et du colonialisme. Mon attente est que plus personne n’accepte d’être esclave d’un autre congolais après ce mandat.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Qui voudrait tuer encore ?

https://youtu.be/QcZSKjcyve8

Qui voudrait le tuer ? Pourquoi ? Comment ?

Ici, on croit avoir la réponse.

Jouer au cache cache ne servirait à rien. Me royaume de Satan est divisé…

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Faut-il singer l’Europe…

[9/5, 17:53] +243 976 040 800: Une erreur protocolaire grave s’observe lors de la remise et reprise entre le Gouverneur entrant et le Gouverneur sortant ai au Sud Kivu.
Protocolairement,la remise de l’étendard,d’habitude,se fait lors de la parade générale,convoquée pour la circonstance,a l’Inspection Provinciale de la Police Nationale Congolaise.
Avant la parade,l’étendard doit quitter le gouvernorat pour l’état-major de la PNC.
En bref,l’Autorité Provinciale reçoit l’étendard des mains de l’Inspecteur Principal Provincial de la PNC lors de cette cérémonie.

GHISLAINE KASAMA.
[9/5, 19:07] Paluku-Atoka Uwekomu: Ces pratiques, qui ne sont pas congolaises, pourquoi, nous y attarderions-nous, chers frères ? Est-ce moi, européen « par naturalisation », qui doive vous interpeller sur ce genre de question ?
Je pense qu’il y a plus important pour les peuples congolais du Sud-Kivu : ravoir leur indépendance s’ils en ont jamais eu une ; c’est-à-dire, la capacité de déterminer eux-mêmes leur devenir et ne pas être à la recherche des formules protocolaires dont ils ne connaissent ni les significations ni les origines et encore moins les conséquences sur leur destin.
Dans le Projet 2014, nous proposons à nos peuples du Congo une politique d’ouverture aux autres peuples de la terre, de notre gente humaine ; cependant, nous déconseillons vivement un suivisme de colonisés, de complexés, d’insensés, de moutons qui ne nous apporte que désolation, pauvreté du plus grand nombre dans le plein sens du terme, au bénéfice d’une poignée de personnes à la solde des étrangers ou tout simplement habitées d’un esprit de dominateurs, d’esclavagistes, de colonisateurs, de meurtriers de leurs sembles. Là, nous parlons bien de nous-mêmes congolais d’abord, ne pensez pas aux blancs comme ceux d’entre nous qui ne se nourrissent que d’un racisme suicidaire…
Ensuite, nous pensons que nous devons revoir nos relations à certains peuples dont les cultures s’opposent totalement aux nôtres et auxquels nous commettons l’erreur monstrueuse de vouloir tout le temps lier notre sort. Cela crève-t-il les yeux de toute personne qui a des yeux pour voir ? Très clairement, les peuples du Congo doivent apprendre à ne pas apprivoiser des peuples qui sont là pour corrompre nos mœurs, nos usages, nos us et nos coutumes ; des peuples qui ne nous aident pas à nous hisser, à nous élever, à accroître notre humanité ; que ces peuples soient congolais ou pas ; qu’ils soient noirs, blancs, rouges ou jaunes.
Tout cela doit, bien entendu se passer dans l’ordre, dans le cadre d’une stratégie savamment pensée et montée. Les ruptures brutales et non préparées ne paient pas ; comme celles que nous inventons jusqu’à présent. Nous avons brutalement, sentimentalement, pris de colère, de rage et par racisme fait déguerpir le méchant colonisateur belge. Où en sommes-nous ? Nous sommes occupés par d’autres, dans la confusion dont personne ne voudrait parler. Les uns par une honte inutile ; les autres par un orgueil tout aussi irréfléchi.
Et pourtant, c’est de cela qu’il faut parler. Comment se remplaçaient les chefs dans le Sud-Kivu ? Je n’en sais rien ou plutôt très peu de chose ; mais je parie que c’était mille fois mieux qu’avec ces parades et ses messes noires dont nos peuples ne connaissent ni les tenants ni les aboutissants. Laisser les européens parader : ils savent d’où ils viennent et où ils vont avec cela. Leurs parades leurs réussissent bien. Ils dominent le monde, non seulement économiquement, mais aussi culturellement. La preuve n’est pas loin… Relisez l’article en rubrique.
Notre invitation c’est de mettre, d’inviter les sud-kivutiens rapidement autour d’une table de travail démocratique pour dépasser ces singeries et proposer des nouvelles formes de passation de pouvoir qui soit conforme aux besoins et aux capacités des sud-kivutiens.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

L’Occident veut exterminer les africains…

URGENT URGENT URGENT 🔺🔺❗❗❗❗❗❗❗❗

Grand débat des éminents docteurs africains sur l’origine du virus Ebola. Un débat houleux dont les preuves cliniques sont sans appelle, Ebola une est arme chimique de laboratoire militaire du Pentagone en phase expérimentale en Afrique, il n’est pas d’origine animal comme dit dans les médias occidentaux pour discréditer le peuple africain. Voilà donc fin débat sur ce fameux virus qui n’est autres qu’un outil de propagande de force des grandes puissances.
Suivez cet extrait du débat 👇👇👇

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Les nouvelles fusent…

[8/5, 22:50]

Au moins quatre soldats, tous des officiers (un colonel, deux capitaines et un lieutenant) ont été tués ce mercredi 8 mai 2019 dans les combats contre les miliciens au village Muganga au bord du lac Albert dans le territoire de Djugu (Ituri).

Selon les sources locales, l’attaque des miliciens a visé une position de l’armée.

« Les assaillants ont attaqué ce matin vers 05 heure une position militaire à Muganga. Les affrontements ont duré un bon moment. Quatre militaires dont un colonel chargé des opérations de la forces navale, un lieutenant ainsi que deux capitaines ont été tués mais jusqu’à présent nous n’avons pas eu un bilan du côté des assassinats. Ça crée déjà une psychose au sein de la population locale d’autres sont toujours enfermés dans leurs habitations », a expliqué un chef local sous anonymat.

L’armée confirme ce bilan et indique qu’actuellement la situation est sous contrôle.

« L’ennemi voulait tenter de récupérer le village Muganga mais hélas nous l’avons pourchassé. Et nos 4 hommes ont succombé suite à leurs blessures mais nous allons venger nos morts. Comme l’ennemi a changé son mode opératoire, en s’attaquant seulement aux militaires, c’est maintenant une bonne guerre symétrique. Actuellement la population doit rester calme, car nous sommes dans la poursuite des ces assaillants », a indiqué à ACTUALITE.CD Jules Ngongo, porte-parole de l’armée en Ituri.

Les forces armées congolaises se sont également affrontées aux miliciens lundi dans le groupement Laudjo, en collectivité de Walendu Pitsi toujours dans le territoire de Djugu. Selon Pilo Mulindro, chef de secteur des Bahema Nord, les assaillants ont attaqué une position de l’armée et ont réussi à capturer 9 militaires. Ce bilan était rejeté par l’armée.

[8/5, 22:50]

Huit miliciens, un policier et quatre militaires ont été tués mercredi dans des combats entre les forces de sécurité et des miliciens dans deux provinces de l’est de la République Démocratique du Congo, selon des sources militaires.

« Huit miliciens Maï-Maï ont été tués dans la contre-offensive de l’armée après une attaque de la ville de Butembo » qui ciblait des positions de l’armée, a déclaré à l’AFP, le major Mak Hazukay, porte-parole de l’armée dans le Nord-Kivu. Un milicien blessé a été hospitalisé.

A la mi-journée, le colonel Paul Polo Ngoma, chef de la police de Butembo a annoncé que : « un sous-officier de la police des frontières a été également tué et son arme emportée » par les assaillants.

Dans la province-voisine de l’Ituri : « quatre militaires, dont deux officiers, ont succombé à leurs blessures » subies dans une attaque de miliciens, a annoncé le lieutenant Jules Tshikudi, porte-parole régional de l’armée.

Outre l’insécurité, les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri sont touchées par une épidémie d’Ébola qui a déjà fait plus de 1000 morts depuis août, selon le ministère congolais de la Santé .

La ville de Butembo, carrefour commercial d’un million d’habitants, est considérée comme le principal foyer de cette 10ème épidémie de la maladie à virus Ébola, sur le sol congolais.

Les Maï-Maï sont des miliciens membres de groupes armés d’auto-défense communautaire.

À Butembo, ils sont accusés d’être responsables de plusieurs attaques contre des centres de traitement d’Ébola. Un médecin camerounais de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) avait été abattu le 19 avril alors qu’il participait à une réunion dans un hôpital.

Mardi, le centre de triage de l’hôpital Sainte Famille Mukuna, de la zone de santé de Katwa, voisine de Butembo, « a été incendié par des inciviques », a rapporté le bulletin quotidien du ministère de la Santé daté du même jour.

Selon le ministre Oly Ilunga, à chaque perturbation des activités de lutte contre l’épidémie s’ensuit une flambée du nombre de nouveaux cas et du nombre de décès.

[8/5, 22:50]

Les miliciens Maï-Maï qui ont attaqué la ville commerciale de Butembo aux premières du matin de ce mercredi 8 mai 2019 étaient pour la plupart habillés en tenue de sport (training) avec comme marque «fly Emyrates».

Cet accoutrement a attiré l’attention de l’autorité urbaine de Butembo au cours de sa descente sur le lieu de l’incident et le pousse à croire que ces assaillants auraient reçu d’un sponsor l’uniforme de couleur bleue, semblable à la tenue de la police pour semer la confusion.

«Ce qui est spécial pour cette fois c’est que l’ennemi était vêtu en training bleu et neuf. Nous nous disons que c’est une structure déjà organisée. Ils ont été dotés de ces tenues là», martèle Mbusa Sylvain Kanyamanda, maire de Butembo.

Il rassure l’opinion que les opérations de fouille se poursuivent par les services de sécurité afin de mettre la main sur les assaillants en débandade.

Le maire de Butembo estime que les 6 capturés lors de l’accrochage pourront enlever les zones d’ombres qui planent encore sur l’identité de leurs sponsors.

Rappelons que de rudes combats ont éclaté depuis 5h30 de ce mercredi entre l’armée et les miliciens maï-maï sur le boulevard Joseph Kabila.

Dans sa mise au point, l’autorité urbaine a avancé un bilan de 9 morts dont 8 assaillants, y compris deux femmes ainsi qu’un élément de la police.

Depuis lors, les activités socio-économiques tournent au point mort dans la ville. Toutefois, il s’observe déjà un calme apparent dans le centre ville où la circulation des engins roulants est présentement fluide.

[8/5, 22:50]

Des présumés rebelles ougandais des ADF ont libéré, mardi 6 mai, quinze otages dans le village de Tchabi, en Territoire d’Irumu (Ituri), a fait savoir la société civile. Son président, Raphaël Lingasa, indique que soixante personnes ont été détenues depuis quelques jours, dont cinq infirmiers et dix-huit enfants.

Tous les dispositifs des préventions du virus Ebola ont été saccagés, ajoute la même source.

Raphael Lingasa, s’inquiète du nombre des otages encore entre les mains des ADF.

«Aujourd’hui, dans la soixantaine d’otages, si vous faites la différence, il y une quarantaine qui est dans la brousse », a-t-il déploré.

Pour sa part, Pacifique Keta, gouverneur intérimaire de la province de l’Ituri, assure de son côté que l’armée est en train de prendre des dispositions «pour libérer les autres otages».

«Pour le moment, nous sommes obligés de maintenir une présence ; surtout, aller dans la profondeur pour éloigner l’ennemi», a expliqué le gouverneur.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Un point de vue

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Futurs ministres ?

Pas assez de femmes en violation de la volonté nationale de pacifier les relations entre les genres.

Certains n’ont pas l’expérience suffisante pour administrer.

Enfin, des entités qui ne sont des ministères que de nom : sans poids budgétaire.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Katumbi, sans l’UEIC ?

[6/5, 22:52]

Je viens de suivre Moïse Katumbi sur Rfi qui annonce son retour au pays ce 20 mai. Pour défendre la constitution et transformer sa plateforme Ensemble pour le changement à un grand parti politique. Il dit revenir pour une opposition républicaine. Il clos le débat sur la légitimité de Félix TSHISEKEDI. Il vient lutter contre une éventuelle révision de la constitution qui faciliterait le retour de Joseph Kabila sur la scène politique. Il a dressé un bilan positif de Félix TSHISEKEDI en saluant la liberté d’expression, la fermeture des cachots de l’ANR et la liberté de la justice. À la question sur la démission de Félix TSHISEKEDI tel qu’exigé par FAYULU Moïse Katumbi dit la cour constitutionnelle a proclamé Félix TSHISEKEDI president et il renvoie à lecture du dernier communiqué de Lamuka à Bruxelles qui consacre la lutte pour la cohésion nationale et le respect de la constitution.

[8/5, 17:42]

Il faut en tirer les conséquences.
Nous sommes face à des personnes versatiles à chaque fois.
C’est dire que si nous n’y prêtons pas attention, les élections prochaines seront, elles aussi, des élections truffées d’enigmes. Elles n’apporteront pas la paix dans ces conditions et le congolais continuera à mourir de plus bel, comme dans la ville de Butembo où jour pour jour, des congolais et des étrangers crèvent sur notre territoire comme si nous n’étions pas là.
La République reste le réel obstacle à notre marche vers la paix et la prospérité qui la constitue ou qui en découle.
Rejoindre le Projet 2014, pour travailler à l’avènement d’une union, libre, d’états indépendants du Congo, nous permettra de vite couper l’herbe sous les pieds des esclavagistes, des colonisateurs, des dictateurs : congolais et étrangers.
Qui veut nous rejoindre dans ce groupe ? https://projet2014.com/inscription.

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Le maire de Butembo s’imprègne…

« Le maire de la ville de Butembo : en pleine circulation pour s’imprégner de la situation. »

Tel que reçu.
Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Butembo : les assaillants parlent…

Un assaillant récupéré par les agents de l’ordre.


Ils sont venus combattre Ébola. Le vrai ou le faux ? Celui-ci a même été parmi le personnel soignant, avec son frère… Qui, lui, a été tué dans leur aventure. Mieux : il est récidiviste de part et d’autre et fils du terroir. À son accent et à ses 17 ans, que faut-il dire et faire ?

Le salut du congolais sera-t-il possible avec une République ?

Notons au passage qu’avec Tshisekedi, ils parlent,

Publié dans Politique | Laisser un commentaire