Les mines qui nous échappent…


[12:12, 5/14/2020] John Baptist Kavunga Mbusa

ÉCHO DU MINISTÈRE DES MINES ET FINANCES DU NORD-KIVU

Goma, Mercredi 13 mai 2020

Déterminé à aplanir le différend qui a longtemps opposé la SMB et la COOPERAMMA dans la mine de Bisunzu à Rubaya en Territoire de Masisi, le Ministre Provincial des Mines et Finances du Nord-Kivu, Me David KAMUHA a réuni, pour la nième fois, autour de lui, les représentants de 2 parties au conflit. Cette réunion a eu lieu dans la Salle de réunion du Gouvernorat du Nord-Kivu ce mercredi 13 mai 2020.

Au centre de cette rencontre : renforcer le climat de dialogue entre la SMB et la COOPERAMMA.

Comme défenseur attitré du droit à l’information, le Ministre a associé à une partie de cette réunion l’Honorable Justin Ndayishimiye, Député National élu de Masisi et le coordonnateur du mouvement citoyen Génération Positive. Une approche unique à son genre qui a été du reste saluée par tous les participants à ladite rencontre.

Notons qu’il y a peu la Génération Positive a adressé une lettre ouverte portant « Indignation d’une frange des creuseurs artisanaux de la Mine de Bisunzu et de la population de Rubaya » au Gouverneur de la Province du Nord-Kivu. Dans cette correspondance conçue sur base d’une lettre anonyme (selon son auteur), la Génération Positive allègue certaines affirmations gratuites et infondées calquées sur les rumeurs mais également sur les informations dépassées et anachroniques aux dispositions légales et réglementaires du Secteur minier en vigueur en RDC. Ce qui le Ministre Provincial des Mines a démontré devant témoins à l’auteur de la lettre ouverte.

En effet, la rencontre a été une occasion pour
le Ministre des Mines d’administrer une leçon didactique au mouvement citoyen Génération Positive à qui il a été demandé de chaque fois recourir aux méthodes scientifiques pour sa crédibilité que de se fier aux rumeurs et à une lettre anonyme.

Ce mouvement a, ainsi, bénéficié des informations à la source, c’est-à-dire auprès de la SBM, auprès de la COOPERAMMA ainsi qu’auprès des services techniques du Ministère des Mines en Province.

Outre la sensibilité et la gravité de centaines affirmations gratuites contenues dans la lettre ouverte, après les éclaircissements de plusieurs zones d’ombre dans le chef de l’auteur de la lettre ouverte, il a été conclu que les déclarations du mouvement citoyen Génération Positive relèvent tout simplement de la sous-information.

C’est sur cette note que le Ministre Provincial des Mines, Me David KAMUHA a libéré les observateurs à la réunion pour ne rester qu’avec les représentants de la SMB et ceux de la COOPERAMMA afin de poursuivre les échanges autour des questions liées aux activités minières à Rubaya.

[17:04, 5/14/2020] Paluku-Atoka Uwekomu:

Pour nous, tant que nous serons des esclaves, des colonisés, des dominés, il ne sera pas possible de prétendre organiser notre industrie minière en comptant sur la bonne volonté de nos faux partenaires étrangers.
Par le biais de l’EAE ASBL, nous avons proposé en son temps et proposons toujours un projet très ambitieux, dénommé Mines, grâce à la brillante participation de Grâce Muhamiriza, très jeune, mais orienté résultat. L’objectif était d’organiser nos orpailleurs dans une coopérative de production, de transport, de transformation, de stockage, de commercialisation et de traitement des déchets des produits miniers, en partant de leur force musculaire et intellectuelle pour parvenir à maîtriser l’industrie minière et rendre inutile la présente de firmes étrangères, pour la plupart pilleuses de nos ressources, sur notre territoire. Les orpailleurs se sont montrés particulièrement égoïstes, mal préparés pour le changement de mentalité nécessaire. Tous jouaient la carte de la dépendance et de la malhonnêteté ; tous s’avéraient être des frappeurs potentiels ou professionnels. Parmi eux se trouvaient aussi des universitaires.
Le projet échoua, non pas du fait d’un découragement de la part de l’EAE ASBL, devant l’ampleur du travail à effectuer en amont à son projet Mines, mais bien plutôt de suite de deux détournements de fonds par nos propres membres, au sommet de la succursale de Goma.
SMB et la COOPERAMMA ont beau résoudre leur différent dans l’opacité ; mais que deviendrons-nous sans l’implication active des kivutiens eux-mêmes dans le développement minier de leur province ?
La lecture du texte ci-dessus étale au grand jour l’opacité et la niaiserie dans laquelle nous vivons quand il est question de traiter des questions aussi importante qui touche au pillage de nos ressources par les étrangers et par leurs valets nationaux.
Il faut réagir. Dans le Nord-Kivu, il faut que la base se lève. Non pas pour trancher des têtes à nos citoyens, mais surtout pour organiser une production totalement congolaise de produits miniers et du ramassage et une commercialisation professionnelle de cette production.
Nous le proposons depuis un bail à la RDC, ce projet Mines.

Publié par Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :