Parlons de près !

Transmis tel que reçu, après quelques corrections orthographiques et de grammaticales.

[22:48, 10/5/2019] Jaramogi Muswa Samy: Vous, vous parlez toujours à distance.

[22:57, 10/5/2019] SP Paluku-Atoka Uwekomu: C’est ce qu’il faut, Samy, dans un pays mal géré depuis 59 ans ; si nous voulons rentabiliser à fond toutes les ressources disponibles à nous, si nous voulons devenir compétitifs au niveau mondial d’ici 50 ans par exemple, comme nous le proposons dans le projet 2014, depuis 1999.

Les présences sont utiles pour célébrer les victoires sur les maux de notre Ituri, de notre Congo. Est-ce que je me fais bien comprendre ? Non, pas pour les paresseux en tout cas.  Eux, ils veulent toujours se faire bonne conscience.  Dans l’entretemps, nous continuons à être égorgés, violés, pillés, brimés, trompés… Est-ce cela ce que nous voulons ?

L’Occident et l’Orient nous dominent à cause de cela. Nous aimons travailler sans plans bien pensés et élaborés, par écrit, avant de nous  rencontrer autour des verres pour nous souler…  Les rires et les danses ne vont pas construire l’Ituri, mais le détruire, comme les djalelo…

Samy, n’oublie pas que j’ai quitté le Congo à mes 32 ans d’âge, après y avoir formé des élèves et des étudiants dont plusieurs sont aujourd’hui ingénieurs ou cadres dans beaucoup de nos ministères.  Nous parlons donc de ce que nous connaissons et de ce que nous avons vécu. Le pays n’est pas abîmé, aujourd’hui, maintenant ! La descente aux enfers a commencé le jour où nous avons accepté un président issu d’un coup d’état.

Dans notre pays, nous connaissons la campagne et comme la ville. Certaines personnes dans nos villages ne savent même pas comment Bunia ou Kinshasa se présentent aujourd’hui. Or pour nous, un tour sur le Net et nous voyons comment nos localités évoluent, comment les rebelles et les nuages se déplacent…

Qui mieux est, une simple vidéo suffit à nous montrer quelles sont les personnalités des personnes que vous qui êtes dans le pays élisez parfois sans bien les connaître, quand bien même ils seraient tous les jours avec vous !

Oui, nous sommes loin de Mahagi, mais attention, dans le monde actuelle, la distance n’est plus ce que vous pensez ou que l’on vous apprend à canonner : la distance c’est dans les têtes.  Il y a plein de congolais qui sont persuadés de nous conduire vers le bonheur alors que tout indique qu’ils nous mènent à la boucherie !

Parlons donc de près !

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.