L’union des états indépendants du Congo…

La manière dont nous avançons vers les élections de 2018 – initialement prévues pour 2016, montre clairement que nous avions raison de dire que choisir les élections était le pire des actes que nous pussions poser en 2016.  Pourtant, certains amis nous considéraient comme trop imbus de nous-mêmes…  Nous gardâmes le calme.

Ceux pour qui rien n’est jamais clair avant l’échec, croient encore que Fayulu arrivera à changer la donne politique au Congo.  Jusque hier, un ami nous disait : il a 5 gros calibres formant un mûr de soutènement qui fera que l’opposition ne chavire pas.  Aujourd’hui, quelques un des nôtres nous ont demandé pourquoi nous ne posions pas notre candidature depuis tant d’années que nous nous battons pour un meilleur avenir pour le Congo ?  En réponse, nous leur avons posé deux questions qui restent sans réponse.  À quoi peut-il servir de poser sa candidature à la président du Congo si dans son propre fief – le Kibali-Ituri, en ce qui nous concerne – on a que 7 adhérents à sa politique ?  C’est aujourd’hui seulement qu’ils se rendirent compte que nous étions impopulaires…  Lui qui est pourtant de notre terroir, de notre province d’origine.

La première est : comment quelqu’un qui n’aime pas sa propre gente pourrait-il l’aimer lui, mahagien, situé à près de 2.000 km à vol d’oiseau du candidat ?  Et enfin, était-il raisonnable de poser sa candidature lorsque dans son propre territoire, on a moins de 10 adèptes sur 2,8 millions d’habitants ?

Or, les états indépendants du Congo auxquels nous appelons sont avant tout une communauté de culture, dans la vision que nous avons d’eux.  Plusieurs personnes immatures, qui nous accusent de tribalisme et de racisme ou de quelque autre chose semblable, ne se rendent pas compte qu’appartenir à une tribu soit une chose et qu’en défendre la culture soit une autre chose.  Les ségrégations, qui s’expriquent par nos différences indéniables, sans les justifier, font souvent plus mal qu’il ne le devraient.  Il faut apprendre à les comprendre et à les combattre, en nous d’abord, chez les autres, plus par contamination que par une guerre.

En Républi

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.