Ebola : pas une blague !

DIRECTION GENERALE DE LUTTE CONTRE LA MALADIE


SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L’ITURI


Dimanche, 7 avril 2019


Situation épidémiologique


• Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 1.146, dont 1.080 confirmés et 66 probables. Au total, il y a eu 721 décès (655 confirmés et 66 probables) et 345 personnes guéries.
• 303 cas suspects en cours d’investigation ;
• 16 nouveaux cas confirmés, dont 11 à Katwa, 3 à Vuhovi, 1 à Beni, et 1 à Mandima ;
• 7 nouveaux décès de cas confirmés, dont
o 5 décès communautaire dont 4 à Katwa et 1 à Mandima ;
o 2 décès au CTE de Beni ;
• 3 nouvelles personnes guéries, dont 2 sorties du CTE de Butembo et 1 du CTE de Beni ;
• 3 agents de santé de Katwa (dont 1 décès) figurent parmi les nouveaux cas confirmés. Le cumul des cas confirmés/probables parmi les agents de santé est de 85 (7,4 % de l’ensemble des cas confirmés/probables) dont 30 décès.

Les données présentées dans ce tableau sont susceptibles de changer ultérieurement, après investigations approfondies et après redistribution des cas et décès dans leurs zones de santé respectives.*

Actualités

_Les laboratoires, le pilier au cœur de la riposte
• Les laboratoires jouent un rôle central dans la riposte contre l’épidémie d’Ebola. Le résultat positif d’un échantillon prélevé sur un malade va enclencher une série d’interventions autour du malade pour minimiser les risques de contamination de ses proches et de propagation de l’épidémie. Ces interventions incluent le transfert du malade du centre de transit au centre de traitement d’Ebola, la vaccination des contacts du malade, la désinfection de son ménage et des centres de santé par lesquels il serait passé, ainsi que le suivi psychologique du patient et de sa famille. Il est dès lors important d’assurer une communication rapide des résultats des tests de laboratoire aussi bien au patient qu’aux autres équipes de la riposte contre Ebola.
• Les mécanismes de feedback communautaire ont révélé que les habitants des zones touchées, en particulier Butembo et Katwa, se plaignaient de la lenteur de la disponibilité des résultats des tests de laboratoire ainsi que de la perception que les laboratoires et les laborantins locaux ne sont pas impliqués.
• Les laboratoires sont gérés par l’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) dont le directeur, Professeur Jean-Jacques Muyembe, est le président de la commission laboratoire au niveau national dans le cadre de la riposte contre Ebola. A ce jour, sept laboratoires mobiles ont été installés à Beni, Bunia, Butembo, Goma, Katwa, Komanda et Mangina. C’est la première fois que l’INRB a eu la capacité technique de déployer autant de laboratoires mobiles sur le terrain dans le cadre d’une épidémie d’Ebola active. Alors que la majorité des sites disposent de deux machines GeneXpert, les sites de Beni, Butembo et Katwa en ont installé trois à quatre par site afin de pouvoir tester rapidement les centaines d’échantillons collectés chaque jour. Par ailleurs, sur tous les sites, l’INRB veille à recruter des ressources humaines locales pour assurer le transfert de compétence.

Vaccination
• Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 96.136 personnes ont été vaccinées, dont, 23.947 à Katwa, 21.515 à Beni, 11.804 à Butembo, 6.199 à Mabalako, 3.934 à Mandima, 3.070 à Goma, 3.015 à Kalunguta, 2.429 à Oicha, 2.347 à Komanda, 1.729 à Masereka, 1.630 à Kayina, 1.552 à Vuhovi, 1.487 à Bunia, 1.433 à Kyondo, 1.357 à Karisimbi, 1.193 à Lubero, 1.025 à Biena, 958 à Musienene, 772 à Mutwanga, 690 à Rutshuru, 557 à Rwampara (Ituri), 527 à Nyankunde, 496 à Mangurujipa, 420 à Mambasa, 355 à Tchomia, 333 à Lolwa, 342 à Kirotshe, 254 à Alimbongo, 250 à Mweso, 245 à Kibirizi, 161 à Nyiragongo, 97 à Watsa (Haut-Uélé) et 13 à Kisangani.

• Le seul vaccin à être utilisé dans cette épidémie est le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck, après approbation du Comité d’Éthique dans sa décision du 19 mai 2018.


LEXIQUE
• Un décès communautaire est tout décès survenu en dehors d’un Centre de Traitement Ebola.
• Un cas probable est un décès pour lequel il n’a pas été possible d’obtenir des échantillons biologiques pour confirmation au laboratoire mais où les investigations ont révélé un lien épidémiologique avec un cas confirmé ou probable.

https://mailchi.mp/sante.gouv.cd/ebola_kivu_7avr19

A propos Graphèle Paluku-Atoka Uwekomu

développement personnel, communautaire, national, planétaire
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.